Carnet

Patrice GIROD (ESB 53)
Vue 134 fois
25 septembre 2021
Patrice GIROD

Décès - Patrice GIROD

Hommage de Gérard Bouchereau (ESB 53)

 

Adieu « Monsieur Patrice GIROD »

Chambéry, ce samedi 25 septembre fin de matinée.

Sur le parvis de la salle funéraire, d’ardents rayons de soleil traversaient un ciel tourmenté et parsemé de nuages d’altitude. A l’intérieur, le quatuor familial se tenait bien sûr près de lui comme dépossédé de leur si précieux diapason. Les proches, les amis, les « compagnons » de la raboterie les entouraient.

Derrière eux des dizaines et des dizaines de professionnels avaient convergés de toute la région, de la France, du Valais suisse ... : fournisseurs de bois ou d’équipements, clients, mais aussi confrères étaient venus rendre hommage à un professionnel aussi passionné et extrêmement compétent que humble et généreux.

Il y a un peu plus de 30 ans, alors encore élève de la 51ième promotion avenue de Saint Mandé, Patrice était déjà à fond dans son projet de raboterie. Il forçait l’admiration de notre inoubliable professeur de machines à bois et mécanisation Boris POTAPOV. En effet, à peine deux promotions plus tard l’enseignant russo-basque haut en couleur et intraitable sur le plan technique, citait la raboterie de Pontachara et le travail du « camarade Patrice GIROD » en exemple.

D’années en années, dans le développement de cette unité, Patrice progressait, (s’) investissait et ne lâchait rien, à l’instar de ses entrainements et de ses compétitions en course à pied et en triathlon. Pourtant, comme l’illustraient les photos de la cérémonie, même dans l’effort, la difficulté et l’adversité, il savait garder le sourire et rester simple.

Ce maudit 15 septembre et dans cette usine à laquelle il aura tout donné, engagement et passion l’ont arraché accidentellement à la vie. Ce drame plongeait dans une tristesse abyssale son épouse, son fils, ses deux filles et abattaient tous ceux qui l’aimaient, l’appréciaient.

Lors de la cérémonie, les témoignages énoncés par une lectrice concentraient de très beaux hommages et souvenirs poignants et dont on voulait extraire un peu de joie, de soleil, de couleur, des fleurs, de beaux paysages et des sourires.

Enfin, ces deux admirables « biches » Jessica et Emmeline, relayant leur maman Nadine et leur frère Hadrien ont offert à leur si cher disparu des mots poignants. La voix était tremblotante de souffrance mais elles étaient portées par leur amour paternel, cette dignité, la simplicité et la fierté immense de ce grand homme parti si vite dans une cruelle injustice.

Patrice, merci pour tout ...en ce dimanche matin il pleut abondamment sur les Alpes mais cet après-midi et dans les jours suivants de belles éclaircies sont annoncées.



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.